13- Que devrait contenir ton contrat pour la création de ton site web? - Conceptions Web Julye Lamontagne

Vous pouvez voir l'enregistrement de la chronique web dans les studios du m103,5 fm en cliquant sur la vidéo ci-dessous!

Vous pouvez écouter la chronique web en format audio (.mp3) sur SoundCloud:

Dans cette chronique, je vais t’expliquer ce que tu dois retrouver dans ton contrat pour déléguer la création de ton site web.  Déléguer veut dire que tu vas mandater une agence web pour la création de ton site web.

C’est certain qu’avec les plateformes qui existent sur le web actuellement, tout le monde peut se créer un site web soi-même. L’avantage de faire affaire avec un professionnel, c’est que la structure de ton site web, le SEO (le référencement), l’aspect visuel du site web, les couleurs (car il existe une science des couleurs pour un site web professionnel), l’organisation des informations, tout cela représente la qualité que les visiteurs de ton site web recherchent avant de faire affaire avec toi. Une cliente me disait justement qu’une personne l’avait choisie pour ses services à cause de l’aspect professionnel de son site web. C’est la 1ère impression que tu vas faire à tes futurs clients, comme dans l’expression populaire : tu n’auras pas une 2e chance de faire une bonne 1ère impression.

Donc, dans un contrat avec un professionnel, la 1ère chose que tu dois vérifier est que tu dois être propriétaire de ton site web, donc ton site web doit t’appartenir. La plupart des agences vont te proposer une plateforme fermée et cela implique que tu seras éternellement lié avec cette agence. Un des avantages d’être propriétaire de ton site web, est que si jamais tu n’es pas satisfait du service reçu, tu pourras déménager ton site web et le confier à une autre agence.

Tu dois aussi pouvoir le modifier par toi-même puisqu’il est à toi et non devoir demander des modifications à une agence, attendre un certain délai et recevoir une facture par la suite. Donc, cela veut dire que tu dois avoir une mention dans ton contrat que tu seras propriétaire du site web et que les droits patrimoniaux te sont transférés. Je ne veux pas faire un cours de Droit ici, mais juste pour te mentionner rapidement que les droits d’auteurs se divisent en 2 grandes catégories : les droits moraux et les droits patrimoniaux. Les droits moraux ne se transfèrent jamais, donc le site web demeurera toujours la création de « l’artiste » - si tu veux entre guillements - qui l’a créé, donc de façon plus concrète, ça inclut le visuel et la conception graphique du site web. Les droits patrimoniaux concernent le contenu du site web, c’est-à-dire les textes, les images, les vidéos, les audios, etc… Ils peuvent être transférés au client afin que ce dernier puisse modifier ce contenu à sa guise. C’est certain que si ton site web a été fait par un programmeur sur une autre plateforme que WordPress et que tu n’es pas programmeur, ça sera difficile de le modifier, ce qui un des avantages avec WordPress, comme j’en avais parlé dans mes chroniques #4 et #5, car c’est facile de s’approprier la plateforme et donc de pouvoir modifier du texte et des images, pour monsieur-madame-tout-le-monde.

La 2e chose à vérifier dans ton contrat est combien ça coûte pour l’entretien de ton site web. Donc si on parle des frais, il y a le nom de domaine qu’on doit payer annuellement. Pour te donner un exemple, un nom de domaine .ca coûte environ 10.$ et un nom de domaine .com coûte environ 13.$. Ensuite, il y a l’hébergement que tu dois payer. Il faut s’assurer que l’hébergeur que tu choisis ait plusieurs serveurs à travers le monde pour des raisons d’accessibilité et de sécurité et offre un service de support 24/7/365. L’hébergeur que j’utilise me coûte moins de 6.$ par mois, a 16 serveurs à travers le monde, offre un service de support technique en français 24/7/365, un certificat SSL gratuit (ce qui fait https:// et ça va aussi avoir un impact positif pour ton référencement) et est basé à Montréal. Ensuite, il y a le thème et les extensions. Ce n’est pas gratuit, il faut payer pour ça. En principe, le webmaster que tu choisis devrait détenir une licence agence et être en mesure de te fournir ton thème et tes extensions sans frais. En résumé, une fois que le site web est créé et en place, il en coûte moins de 100.$ par année pour l’entretien.

La 3e chose à vérifier dans ton contrat est qu’il y ait des délais bien définis pour chaque étape de la création du site web. Lorsque tu fournis au webmaster tout le contenu de ton site web, il devrait être mentionné dans ton contrat que dans un délai de 30 jours par exemple – dans mes contrats c’est ce que j’indique – la version provisoire du site web sera complétée. Après, il y a une période définie dans le temps pour que tu puisses examiner cette version et faire une demande de modifications à ton site web. Ensuite, il devrait y avoir encore une fois un délai défini, par exemple 15 jours, afin que les modifications que tu as demandées puissent être effectuées sur ton site web. Après, tu dois pouvoir approuver ton site web dans un délai défini afin de permettre la mise en ligne rapidement. Quand tout ça est bien défini, ça permet que les choses ne s’éternisent pas dans le temps.

La 4e chose à vérifier est que ça doit être mentionné dans ton contrat que le webmaster va adapter ton site web pour les versions tablette et mobile. Il faut que ton site web sorte bien sur tous les types d’appareils, car on sait qu’environ la moitié des visiteurs de ton site web consulteront ton site web à partir d’un appareil mobile plutôt qu’à partir d’un ordinateur.

La 5e chose à vérifier est ce qui se passera après la livraison du site web. Tu peux demander que ton webmaster s’occupe de faire les mises à jour de façon hebdomadaire ou les modifications ponctuelles par un contrat de service ou recevoir une formation pendant le mandat de création de ton site web afin que tu puisses faire tout cela par toi-même et économiser des frais après livraison. Dans mon cas, j’offre une formation individualisée lors de l’étape des modifications au site web sur la version provisoire et une formation après livraison du site web pour que mes clients soient autonomes. L’important est que tout cela soit bien indiqué dans ton contrat.

Finalement, on me pose souvent la question : j’ai une page Facebook Pro, je publie régulièrement et je vends sur Facebook, est-ce que j’ai besoin d’un site web? Ma réponse est que Facebook ne t’appartient pas, ils peuvent en tout temps changer leur algorithme – et c’est déjà ce qu’ils font – et si demain la plateforme devait fermer, il ne te reste plus rien, tu auras perdu ta vitrine de vente et ta liste de clients. Il faut utiliser les médias sociaux pour amener du trafic sur ton site web – qui t’appartient – plutôt que l’inverse.

Voilà !

Si tu veux découvrir les ressources que j'utilise et que je recommande (le meilleur rapport qualité-prix), clique ici.

Si tu as trouvé de la valeur dans cet article, n'hésite pas à le partager afin d'en faire bénéficier le plus de gens possible!  J'aime aider les gens à réaliser leurs rêves, alors en partageant mon article, tu m'aides à accomplir ma mission! Il y a 2 gros boutons ronds ci-dessous (Facebook et LinkedIn) par lesquels tu peux partager cet article facilement, en 2 clics!!

À bientôt!

Julye

Articles similaires
No related posts for this content
Julye Lamontagne

Julye Lamontagne est conceptrice de sites web professionnels axés sur des stratégies de pointe en webmarketing. Elle fait des sites web depuis 1998. Elle a étudié dans le domaine du webmarketing auprès des plus grands experts en francophonie mondiale. Son expertise est reconnue internationalement.

>